Performance de combustion

Les foyers maçonnés par Feu & Masse ont fait l'objet de tests de  qualifications réalisés par TU-Wien-Institut für Verfahrenstechnik (Certificats de test PL-0127-P) avec une méthode de test de rendement et de la teneur en CO conforme aux exigences de la EN 15250 (Teneur en oxygène normalisé = 13%).

les règles de conception de ces foyers (Grundofen autrichien) ont toujours été guidées par des exigences de faibles émissions de polluants, essentiellement de particules, dans un pays où ce mode de chauffage est répandu notamment dans de nombreuses vallées alpines présentant un risque de concentration des polluants.

Quelques unes des règles de construction conduisant à ces performances : plafond du foyer isolé pour augmenter la température de combustion, pas de fonte ou de stéatite dans le foyer (bons conducteurs de chaleur, ils refroidissent la combustion) mais uniquement de la brique réfractaire, admission d'air latéral et pas de grille sous le foyer, règles de dimensionnement précis du foyer et de sa porte, calcul des équilibres de pression pour optimiser l'excès d'air de combustion.

Rendement poele de masse

  • NF EN 15250 . Poêles à libération lente de chaleur, préfabriqués.
  • NF EN 15544. Poêles maçonnés in-situ, mode de construction "Grundofen autrichien".
  • (°)  Poêle conforme à la NF EN 15544, briques de foyer Bio3 de Rath.
  • * selon le potentiel du conduit de cheminée, le rendement peut être porté à 85 %.

Une fois la combustion propre assurée, il reste à extraire la chaleur des fumées. C'est le rôle de l'accumulateur constitué de chicanes dont les sections rétrécissent avec la baisse des températures. A titre d'exemple, un poêle Feu et Masse "moyen" (Foyer conçu pour 15 kg de bois avec un rendement de 80 à 85 %) contient un parcours pour les fumées de 7 à 8 m avant d'évacuer ces fumées vers le conduit de raccordement à la cheminée.

Volontairement, Feu & Masse ne propose pas des poêles dont le rendement excède 85 %. Ce niveau de performance peut être atteint en allongeant le circuit accumulateur et donc baisser les températures de fumée en entrée du conduit de cheminée en dessous de 150°C, à puissance nominale. Ce type de construction peut entraîner des difficultés de fonctionnement mais aussi des désordres plus graves, principalement de la  condensation dans le conduit de fumée.